Quatrième A

© Anne Gayan

CHÂTEAU ROUGE
mardi 19 mars à 19h30
mercredi 20 mars à 20h30

Durée : 1h30
Grande Salle
Placement numéroté

Télécharger le programme à imprimer
Voir la page du spectacle

Spectacle présenté par le Théâtre de la Manufacture – CDN Nancy Lorraine

 

Texte Guillaume Cayet
Mise en scène Julia Vidit
Avec Alexis Barbier, Otilly Belcour, Djibril Mbaye, Bénédicte Mbemba, Sacha Vilmar
Assistanat à la mise en scène Chad Colson
Scénographie Thibaut Fack
Lumière Nathalie Perrier
Son Manon Amor
Costumes Valérie Ranchoux-Carta, assistée de Prune Lardé
Régie lumière Loïs Bonté
Régie son Tom Beauseigneur
Régie plateau Simon Guirlinger
Construction décor Atelier décor du Théâtre de la Manufacture – CDN Nancy Lorraine

Production : Théâtre de la Manufacture – CDN Nancy Lorraine
Coproduction : Château Rouge – Scène conventionnée Annemasse / Tréteaux de France – CDN
Avec le soutien du Fonds SACD Théâtre, FONPEPS
Avec le soutien en résidence du CENTQUATRE-PARIS et de L’arc – scène nationale Le Creusot

La Discrète – Il va falloir que je parle
Tout le monde en bas me pousse à
prendre la parole
« Tout le monde » ?
Ça veut dire un escadron de policiers
Les professeurs
Le principal
Les parents présents à la sortie
Les autres élèves
Tout ceux qui se demandent bien ce
qu’on fait là, avec nos banderoles et
notre drapeau, à occuper le toit du collège

Quatrième A (lutte de classe) – extrait

Cinq acteurs interprètent tous les élèves d’une classe de quatrième – Le Nouveau, La Discrète, Le Bogoss, L’Amoureuse, Le Délégué, La Meilleure amie…- ainsi que leurs professeurs, le surveillant, la CPE et le principal.

La Discrète remonte le fil du temps pour raconter trois jours mouvementés avant le soulèvement de sa classe contre l’ordre établi.
Dans un rythme haletant, ses souvenirs nous transportent au collège dans lequel chacun d’entre nous peut se projeter. Un récit de lutte collective propice à donner de l’élan, et pourquoi pas, repenser l’école ?
Après Skolstrejk (la grève scolaire) et Quartiers libres sur les travailleur.se.s de l’enseignement, je continue d’interroger l’école et le système éducatif, qui peut être le lieu de la transformation profonde et nécessaire d’une société consumériste et à bout de souffle.

Le contexte extrêmement tendu – baisse des moyens pour l’art et la culture, aggravation de la crise écologique, économique, démocratique et sociale – m’engage dans une réflexion profonde sur mon geste créatif. Comment créer sans détruire ? Comment nous adresser aux spectateurs d’aujourd’hui, et notamment à la jeunesse, vivant dans un climat si anxiogène ?

Metteuse en scène et directrice de théâtre public, comment proposer une aventure théâtrale qui, dans sa forme et son contenu, réponde à ce contexte brûlant ?
Quatrième A (lutte de classe) est une tentative de réponse concrète à ces multiples questions.
Je rêve ce spectacle comme une expérience humaine qui fait le pari d’allumer une étincelle sans artillerie lourde. Un théâtre qui donne à la jeunesse et aux adultes qui les entourent, les raisons et les moyens d’agir. Répéter la révolution. Repenser l’école. Une histoire qui s’adresse au plus grand nombre, tout de suite, et donne de l’énergie pour l’action collective.
Avec Guillaume Cayet, nous poursuivons ici notre recherche d’un théâtre-récit dans lequel la parole peut tout faire advenir. La singularité de ce nouveau texte est de faire entrer les spectateurs
dans la tête d’une collégienne.
Les personnages, comme des archétypes, ne sont pourtant jamais des clichés. On y rencontre une mini-société : des élèves comme La Licorne, La Wifille, La Meilleure amie, L’Amoureuse, Merlin, Le Délégué ; et les adultes représentant l’autorité : Professeur.e.s, CPE, principal.
Croqués sans manière, les adultes tentent de défendre les règles établies, parfois discutables. Dans cette galerie de personnages – 34 au total ! – certain.e.s ne font que passer, quand d’autres reviennent.
Ce texte, dans sa forme même, redonne à ceux et celles qui le reçoivent, la possibilité de la transformation par l’imaginaire. Il permet de prendre du recul sur l’école et sur la reproduction sociale qu’elle y perpétue. La pièce redonne de l’élan pour changer l’ordre des choses. Ce spectacle met en scène une utopie, à laquelle nous avons plus que jamais besoin de croire : notre possibilité de changer le monde.

 

Julia Vidit

 

à découvrir aussi

la morsure de l’âne

Théâtre | dès 10 ans

De Nathalie Papin / Mise en scène de Émilie Le Roux

Aborder la question de la vie et de la mort n’est pas chose aisée. À travers cette oeuvre onirique, Nathalie Papin et Émilie Le Roux relèvent le défi avec brio.

mercredi 15 mai

la tendresse

Théâtre | dès 15 ans

Julie Berès / Compagnie Les Cambrioleurs

 Avec La Tendresse, Julie Berès donne un spectacle coup de poing, drôle et profond sur la question du masculin.

mercredi 22 & jeudi 23 mai

Coyote

Humour | dès 7 ans

Patrice Thibaud
Dans ce spectacle ébouriffant, le chorégraphe Po-Cheng Tsai réinvente le classique Alice aux pays des merveilles de la littérature pour enfants, où un monde fantastique et merveilleux rencontre l’art du zen.

mercredi 29 & jeudi 30 mai