Les Stud's // 13 ans de musique

12 octobre 2016 par

13 ans de musique : locale souvent, innovante parfois, carrée rarement.

Salut à tous,

Nouvelle saison, nouveaux projets. Château Rouge, via son site, vous proposera désormais une rubrique blog, dans laquelle vous retrouverez tout ce qui est utile et inutile de savoir sur la vie du Château le plus rouge de France.
Lorsque mes collègues de ma communication m’ont proposé de participer au projet, j’ai immédiatement accepté. Pourquoi ? Je ne sais guère. Probablement parce que j’aime autant cette grande maison multi-décennale que l’équipe qui l’anime, mais aussi parce que j’ai perçu que cela pouvait être l’occasion d’enfin présenter notre travail, notamment au sein des Stud’s. Il est vrai qu’encore aujourd’hui, beaucoup de gens ignorent que depuis 2003, Château Rouge dispose de studios de répétition, ouverts à tous, et équipés de manière professionnelle. Beaucoup de régisseurs se sont succédés avant moi au bureau des Stud’s, depuis cette époque où l’accès au 480p était encore un fantasme de frontalier. J’en profite pour saluer Jean-François Ouvrard, Marco Lavanchy, Frédéric Juge, Alexandre Lambert, Fabrice Mossuz et Renaud Lay sans qui, évidemment, tout aurait été moins bien… Certains des 1300 adhérents historiques se rappelleront d’eux et de leurs coiffures hasardeuses, d’autres, probablement les plus jeunes, ne les auront pas connu.
L’objectif de ce premier article : servir d’introduction. Ne vous attendez pas à trouver, aujourd’hui, des révélations croustillantes sur la vie privée de mes collègues. Je n’en exclus cependant pas la possibilité dans les prochains numéros, si cela pouvait me permettre de faire de la VUE, du LIKE et donc du BUZZ.

*

Comme je vous l’ai suggéré en introduction de cet article, les Studios de répétition, aujourd’hui habilement surnommés « Les Stud’s », existent depuis 2003. Il ne faut pas oublier qu’en ce temps là, c’est Loose Yourself d’Eminem, Still Waiting de Sum 41 et Ma liberté de penser de Florent Pagny qui trustaient les radios et les lecteurs MD, une époque claire obscure, où les accès internet se calculaient en heures…
Les Stud’s ont été crées sous l’impulsion de Jean-François « Jeff » Ouvrard, chargé de mission musique, et programmateur d’alors. La première mission des Stud’s était de permettre aux musiciens locaux de pouvoir profiter de matériel pro dans des studios isolés acoustiquement, le tout pour un faible coût. Ils ont immédiatement été remplis parce qu’ils permettaient aussi aux groupes d’éviter de gonfler leurs voisins.
Plutôt habile ! Ils offraient donc des espaces d’expression insonorisés, et préservaient les relations de quartier. D’une pierre, deux coups.
Tous les styles musicaux y étant bienvenus, se sont succédés groupes rock, punk, hip-hop, jazz, soul, et même gospel. Pour vous donner une idée, ce ne sont pas moins de 400 groupes qui se sont partagés les locaux depuis les débuts en 2003. Certains ont tourné en France et en Europe, d’autres avaient des ambitions plus intercommunales… Il faut reconnaître que, de par leur situation centrale, Château Rouge et ses Stud’s ont pu profiter du grand vivier de musiciens injustement muselés parmi les 200 000 habitants occupant la zone St Julien en Genevois, Bonneville, Thonon, Genève.
Chaque dispositif est arrivé en fonction des besoins de ce nouveau public.

Il faut savoir qu’un groupe, c’est un peu comme un animal à 4 têtes : C’est pas toujours très joli au début, ça ne sait pas vraiment où ça va et ça fait peur aux gosses. Ils ont souvent mille projets, mais ne savent pas par quel bout commencer ; ils ont souvent envie d’enregistrer une démo ou un album, envie de faire des concerts ou des clips, ou plus simplement envie de boire de la bière et du pinard… Bref, à chaque groupe, son besoin.
Et c’est dans cette optique que les Stud’s ont trouvé leur raison d’être : aider les groupes à réaliser leurs projets. Qu’on ne se méprenne pas, l’objectif n’est pas de faire à leur place, mais plutôt de leur mettre le pied à l’étrier. Notre ambition est d’avoir une approche plus pédagogique qu’un simple pôle ressource, afin qu’ils se munissent de connaissances, deviennent indépendants, et qu’ils puissent avoir le bagage nécessaire pour prendre leur envol. Cette dimension est importante, constructive et plus viable à terme.
Dès l’ouverture il y a 13 ans, les équipes successives n’ont eu de cesse de développer un véritable réseau sur toute la région : magasins de musiques, professeurs, programmateurs, mairies, cafés-concert, studios d’enregistrement, et même d’autres studios de répétition ! A Château Rouge, pas de concurrence. L’important c’est l’artiste, et il doit être au centre de nos préoccupations.

Alors vous me direz « Oui mais Juju, via ton blog, tu nous vends ta soupe ». Ce à quoi je réponds… Oui, et non. (En même temps, c’est MON ARTICLE et il me semble que j’y dis ce que je veux.)
L’objectif n’est pas de faire du remplissage de studios bête et méchant. L’objectif est de dire, crier, HURLER que nous sommes à votre disposition. Vous avez besoin d’un conseil sur un instrument de musique ? Venez nous voir. Vous avez besoin de recul sur votre nouvelle compo ? Venez nous voir. Vous recherchez un prof de pipo ?… Venez nous voir. Vous avez besoin d’un conseil pour pécho le voisin ? Venez nous voir, on maîtrise même le malentendu.
Depuis le temps, je peux certifier qu’Annemasse, via Château Rouge et ses studios de répétition, dispose d’un outil absolument exceptionnel. Beaucoup de musiciens venus de pays étrangers comme la Suisse, mais aussi l’Angleterre ou l’Espagne nous ont témoigné qu’il n’y avait tout simplement pas d’équivalent chez eux.

*

Je vous propose donc, dans mes futurs articles, de vous présenter l’ensemble de notre travail, des groupes, des acteurs de la vie artistique locale, notre équipe, nos nombreux dispositifs, nos soirées, nos partenaires… Rendez vous très vite, même adresse. D’ici là, virez moi la poussière de votre vieille gratte et jouez ! Elle n’attend que ça !

L O | V E

Juu