Immersion dans la fourmilière de Château Rouge

20 octobre 2016 dans En couliss'o Chatô par

Depuis l’accueil de la billetterie que j’occupe depuis le 18 août, les jours passent et ne ressemblent guère. Voici donc un petit récap’ de sensations et de moments confiant mes impressions de nouvelle dans ces murs.

Je ne pourrais commencer cet article sans évoquer l’espace dans lequel est réfléchi, élaboré, monté, représenté et démonté chacun des temps forts passant à Château Rouge. Comment ne pas évoquer ce grand espace dans lequel fourmille chaque jour de la semaine une équipe aux fonctions multiples. Edifice conçu pour accueillir, héberger, présenter une foule d’œuvres artistiques aux formes et intentions diverses, un espace au sein duquel chacun participe à la rencontre entre le lieu et l’œuvre : l’espace de Château Rouge ne cesse de se réinventer et de proposer sa propre temporalité.

Château Rouge, lieu de vie rempli d’un bouillonnement culturel habite en ces murs de longs couloirs, de multiples portes et de grandes pièces. Il y a cet espace tel qu’on peut le décrire et l’arpenter chaque jour, un grand labyrinthe composé de galeries inimaginables où la perte de chemin surprend le novice. L’accueil, le café, la cuisine, les studios, le garage, les bureaux de l’administration… sans oublié la grande salle et ses nombreux fauteuils, la salle de concert, et la petite salle. A tout cela s’ajoute les quelques loges, les portes secrètes et les escaliers. Château Rouge semble pour moi, un grand espace au sein duquel chacun s’active à réaliser sa tâche.

On parle d’architecture, d’un bâtiment, mais Château Rouge ne serait rien ou peu de choses sans les personnes qui contribuent au dynamisme et à l’effervescence de ce lieu. Un staff pétillant et plein d’entrain. Et voilà qu’on prend vite le train pour rejoindre la bonne humeur constante qui règne dans ce lieu. Il y a le secrétariat, l’administration, la comptabilité, les relations publiques, la communication, l’accueil artistes, les studios, la programmation musicale, la technique, le bar, la cuisine… le tout orchestré par les mains du directeur ! On en croise du monde dans ce Château chaque jour : la preuve en quelques lignes…

Au petit matin, à peine descendue de mon vélo et installée à l’accueil, un défilé de petites têtes se met en marche et une ambiance de café matinal s’échappe du bar. Il y a les Jack’s Sound (groupe de musique en résidence à Château Rouge) qui viennent d’arriver et lancent gaiement un bonjour avant d’aller s’installer dans un studio. De l’autre côté, les techniciens commencent leur journée, un spectacle est joué ce soir, Mille Batailles de Louise Lecavalier. Dès 10h, une odeur alléchante sort de cuisine, Gilles prépare le repas pour les artistes en résidence cette semaine. Petit à petit, on croise et recroise quelques personnes de l’équipe, venu prendre telle ou telle information. A 14 heures, heure d’ouverture de la billetterie, les premiers coups de files retentissent tandis que certains préfèrent pousser la porte de Château Rouge pour venir réserver leurs places ou prendre leurs abonnements. Il y a de l’effervescence tout autour, on entend de la musique par ci et par là. Du monde circulent à l’intérieur de Château Rouge, l’animation est à son comble, on y voit des techniciens, des artistes, du public… Les bénévoles arrivent et se rapprochent de leur fonction : catering, bar, accueil… Et puis il y a également les studios qui ouvrent leurs portes à 18h et voilà une arrivée de guitares, de saxophones, de basses et j’en passe. Approche très vite l’heure tant attendue du spectacle. Se presse alors le public impatient de découvrir la voix, les mouvements, la scénographie, la musique, la lumière du spectacle. Le café ouvre ses portes pour accueillir tout ces curieux de la culture. Les discussions se font nombreuses et puis les portes de la salle ouvrent et voilà qu’ils s’engouffrent un à un. Une fois tout ce monde en salle bien calé dans son fauteuil rouge, le top est donné, le spectacle peut commencer.